Promenade « Les peintres russes à Veules-les-Roses » – 14 points d’arrêt – 19 tableaux

Le moulin du marché (tableau 9)

Tableau 9

Alexeï Bogolioubov. Veules, 1887, huile sur bois, 17,3x26,8 cm, Musée des Beaux-Arts A. Radichtchev, Saratov.

Si la côte normande attire Bogolioubov par la présence de la mer et du ciel, souvent bas et immense, par ses couleurs gris perle et cette atmosphère humide proche de celle de Saint-Pétersbourg, par cette lumière si particulière et ses variations au gré des marées[i], Veules-les-Roses, ce petit village de Seine-Maritime a pour lui cet avantage d’être à la fois station balnéaire et campagne, de posséder quelques moulins pittoresques tournant sur le plus petit fleuve de France. Ce n’est certainement pas un hasard si c’est à Veules que Bogolioubov amènera ses jeunes protégés, les pensionnaires de l’Académie, Ilia Repine, Vassili Polenov et Alexeï Kharlamov, durant l’été 1874. Ce séjour veulais se révélera très important pour leur carrière artistique et pour l’art russe en général.

À l’époque où Bogolioubov et d’autres artistes russes viennent à Veules, une dizaine de moulins tournaient dans village. C’était une activité prospère et une source de revenus pour les paysans de Veules et des alentours. On y moulait du blé, du lin, du colza. Pour les artistes, cela ajoutait un côté pittoresque aux paysages. Bogolioubov, qui séjournait souvent à Veules, a représenté presque tous ces moulins. Ces paysages ont donc aussi une valeur documentaire. Ainsi, ce moulin du marché représenté ici n’existe-t-il plus, mais on en trouve encore des traces, notamment ce pont en pierre. Bogolioubov l’a peint dans les années 1880, avant qu’il ne soit transformé en une usine électrique en 1910 permettant l’éclairage de la commune.

Menu