Promenade « Les peintres russes à Veules-les-Roses » – 14 points d’arrêt – 19 tableaux

Le moulin des cressonnières (tableaux 15 et 16)

Tableau 15

Vassily Polenov. Le moulin à la source de la Veules, 1874, huile sur toile, 38x55,5 cm, Polenovo.

Tableau 15

Alexeï Bogolioubov. Le Moulin de Veules, 1887, huile sur bois, 41x26,7 cm, Musée des Beaux-Arts A. Radichtchev, Saratov.

Veules est célèbre pour son cresson. Les cressonnières s’éteignent là où la Veules, le plus petit fleuve de France, « rapide et transparent comme le cristal, qui ne coule qu’un kilomètre et demi et fait pourtant travailler trois fabriques et huit moulins », selon les mots de Vassily Polenov.

Ces deux paysages, celui de Polenov daté de 1874, et celui de Bogolioubov, peint treize années plus tard, représentent le même moulin des cressonnières qui existe toujours, mais est transformé en maison d’habitation. Une roue a été restaurée en mémoire du moulin à blé qui fonctionnait au XIXe siècle.

Polenov le peint encadré par des arbres de couleur d’automne : rouge, marron doré, jaune. Une femme au chapeau vêtue de blanc, assise dans l’herbe, confère au paysage une note élégiaque.

Sur le tableau de Bogolioubov, on voit le même moulin, mais déjà transformé en habitation. La roue a disparu tandis que des cheminées ont été ajoutées. Ce paysage de Bogolioubov est amusant par une scène qui se joue au premier plan. Une dame chapeautée lit, assise sur une chaise pliante ; une palette et une valisette de couleurs sont posées près d’elle par terre et attirent vivement l’attention d’un coq.

Menu